Aide à l’arrêt du tabac : comment fonctionnent les substituts nicotiniques ?

L’arrêt du tabac est une étape très difficile pour la plupart des fumeurs. Toutefois, avec la hausse du prix du tabac, certains fumeurs pensent arrêter définitivement de fumer pour ne pas se ruiner. Ne vous tracassez plus, les substituts nicotiniques sont parmi les méthodes qui peuvent vous aider à atteindre votre but.

Quels sont les différents types de substituts nicotiniques ?

Plusieurs scientifiques se sont penchés sur la façon d’aider les fumeurs à arrêter de fumer depuis la nuit des temps. Ils en ont ainsi conclu que les substituts nicotiniques constituent une des traitements qui peuvent être efficace face à cette lutte. Ces substituts se présentent sous deux formes : la forme transdermique et la forme orale. La forme transdermique regroupe le type de substituts nicotiniques comme les patchs ou timbres de nicotine. Pour la forme orale ou buccale, il existe plusieurs types de substituts : les gommes à mâcher ou Chewing gum, l’inhaleur, les microtabs, les comprimés à sucer ou à dissoudre, la cigarette électronique, etc.  Il y a également les médicaments qui sont soumis à une autorisation spéciale prescrite par des médecins comme la Varénicline et le Bupropion LP.

Comment ça marche les substituts nicotiniques ?

En vente libre dans les pharmacies, le mode de traitement aux substituts nicotiniques reste unique : la diffusion régulière et lente de la nicotine dans le corps et l’organisme humain pour diminuer petit à petit l’envi de fumer. Il est toutefois à noter que le mode de fonctionnement de ces substituts varie selon votre cas et votre façon de fumer la cigarette (petit, moyen, ou fumeur invétéré). La plupart des personnes qui utilisent ces substituts sont celles les plus dépendantes à la cigarette. Ainsi, la base du fonctionnement de ces substituts nicotiniques est la libération à petite dose régulière de la nicotine dans le sang pour ne pas provoquer une addiction. Il faut savoir que pour que ces substituts soient plus efficaces, vous devez au moins en utiliser deux types, par exemple : le patch associé avec l’inhaleur, sous un délai allant de 3 à 6 mois selon votre cas. Pour le cas de la Varénicline ou la Bupropion, ils doivent toujours se faire sur prescription d’un médecin.

Quels sont les avantages et les inconvénients de la prise de ces substituts ?

Il est à noter que l’arrêt au tabac peut causer divers symptômes désagréables comme les maux de tête, l’envi de fumer, la déprime, divers troubles (sommeil, concentration, etc.). Les substituts nicotiniques vous aident ainsi à atténuer voir même à faire disparaître ces symptômes de dépendance et de manque pendant votre sevrage. En effet, ils compensent votre besoin en nicotine sans pour autant vous faire rechuter. Ils vous permettront également de vous concentrer sur les autres aspects que peuvent entraîner l’arrêt au tabac (aspects sociaux, psychologiques, comportementaux.). Il a été toutefois prouvé que la plupart de ces traitements à base de substituts nicotiniques présentent quelques effets indésirables comme les rougeurs, les démangeaisons, les irritations, brûlures d’estomac, etc.

Acupuncture, hypnose, homéopathie : comment les médecines douces peuvent vous aider à arrêter de fumer ?
Arrêt du tabac : faut-il y aller progressivement ou stopper brutalement ?